logo
Accès direct  
Laboratoire de l'Intégration du Matériau au Système
 
vg2LABORATOIREvg2RECHERCHEvg2ENSEIGNEMENTvg2PROJETSvg2IMS EMPLOISvg2L'ACTUALITE
 pt Les groupes pt Les équipes pt Les conférences pt Les publications
RECHERCHE
slsr
 
<2019 June>
MoTuWeThFrSaSu
0102
03040506070809
10111213141516
17181920212223
24252627282930
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Productique
 
 


Le groupe Productique s’intéresse aux systèmes de production tant du point de vue de leur exploitation qu’en tant qu’objet de conception et d’amélioration.

L’exploitation des systèmes de production peut être envisagée quel que soit le mode d’implantation géographique ou légal de ce dernier. Il peut être, en effet, mono-site ou multi-site, interne à une société unique ou s’étendant sur plusieurs. Dans le contexte socio-économique actuel, l’objet d’étude le plus courant est multi-site, multi-société, cas qualifié de chaîne logistique. Celle-ci peut être décrite comme l’ensemble des activités et flux associant des partenaires industriels organisés en réseau autour de la fabrication de familles de produits. Dans ce cadre, les travaux de recherche se centrent principalement sur la rationalisation des processus de décision au niveau tactique, en charge de planifier conjointement et à moyen terme les activités d’approvisionnement, de production et de distribution des biens. Les décisions opérationnelles sont également abordées sous l’angle de la réactivité du système de décision suite aux changements de contexte de production ou de distribution ainsi qu’au travers de l’étude de problèmes d’ordonnancement. Par ailleurs, l’étude des architectures de conduite afférentes aux modèles de décisions centralisées et multi-niveaux amène à se focaliser plus particulièrement sur les mécanismes d’agrégation des données techniques. Ces mécanismes permettent d’offrir une vision globale de la conduite dont l’objectif est de cadrer à un niveau macroscopique les décisions de gestion (planification, allocation, approvisionnement, régulation des stocks). Ils permettent de surcroît une évaluation au sens des performances des approches de conduite distribuées.

La conception des systèmes de production réfère à un ensemble de concepts et d’approches telles qu’architecture du système, modélisation (des processus, des données, de la décision), cohérence (des données, des prises de décisions). La modélisation d’entreprise se situe au cœur de ce domaine, traitant de problèmes allant de la représentation d’un système existant en vue de son analyse et de son évaluation jusqu’à la représentation d’un système à concevoir. Les démarches proposées s’inscrivent clairement dans un objectif d’ingénierie.
D’un point de vue modélisation, les méthodes du domaine se caractérisent par leur aspect global en forçant l’analyste à se situer à un niveau d’abstraction faisant ressortir les problèmes conceptuels et organisationnels, indépendamment des technologies d’implantation. Ainsi la modélisation d’entreprise fournit les langages et les modèles permettant d’exprimer les besoins, communiquer et partager la connaissance au niveau managérial de l’entreprise.
En terme de principes de conception, l’évolution du contexte économique opérée dans les années 90 a pour conséquence une mutation progressive du paradigme d’intégration totale, sur lequel s’appuyait exclusivement l’ingénierie des systèmes de production, vers une approche d’interopérabilité. De façon générale, le principe est de faire que des systèmes autonomes soient capables de se comprendre et de fonctionner ensemble pendant une durée déterminée (systèmes de systèmes). L’évaluation de la performance est également au cœur de cette thématique. L’originalité de la recherche menée ici est de s’appuyer également sur les modèles d’entreprise pour considérer, spécifier et agréger la performance que celle-ci soit réelle (exploitation du système) ou envisagée (lors de la modélisation).

L’amélioration des performances des systèmes industriels nécessite de ne pas s’intéresser uniquement à la production mais également à la conception de nouveaux produits. Une approche similaire à celle appliquée à la production est utilisable ici en dissociant la partie opérante (système technologique) de la partie pilotage (système décisionnel) afin d’en faciliter la modélisation et la compréhension. Le principe est ici de faire apparaître des centres de conception autonomes au sein d’une structure coordonnée. Ceci permet d’apporter des réponses sur le pilotage du système technologique, autrement dit sur la possibilité d’organiser un département de conception en fonction des besoins de conception et non pas simplement en mettant en place une structuration statique calquée sur l’organigramme de l’entreprise ou sur la décomposition du produit par exemple. Les aspects connaissance, apprentissage, environnement collaboratif jouent ici un rôle pivot.

Traditionnellement, la productique centre ses investigations sur la production de produits manufacturiers. Le contexte économique actuel pousse à élargir le domaine d’étude. D’une part, la distribution géographique des installations et les partenariats obligent à intégrer beaucoup plus clairement le transport dans la performance globale. D’autre part, la notion même de production se généralise, ce qui a pour conséquence l’application de l’ensemble de ces approches au secteur du service. Des travaux dans le domaine de la santé ou de l’éducation commencent aujourd’hui.

pt Les axes thématiques
Sous la responsabilité de Y. Ducq, le groupe Productique GRAI, développe trois axes thématiques.
  • ADC Aide à la Décision et Conduite
    animée par R. Dupas
     
  • ICO Ingénierie de la Conception
    animée par M. Zolghadri
     
  • MEP. Modélisation d'Entreprise et Parformance
    animée par D. Chen



 
 
Fait par Michel Alexeline. Supporté par le service informatique de l'IMS.Propriété d'IMS. Tous droits réservés